The Murderer – Chasse à l’homme

Genre : Thriller/suspense Durée : 2h20   Note :  15/20

Réalisé par : Hong-jin Na Avec :  Kim Yun-seok, Jung-woo Ha, Jo Seong-Ha


Gu-nam, chauffeur de taxi vit une vie pauvre de chauffeur de taxi dans la petite ville de Yanji, entre la Corée du Nord et la Russie. Il est sans nouvelles de sa femme depuis 6 mois, cette dernière est partie en Corée du Sud pour chercher du travail. Myun, un maffieux local lui propose d’effacer ses dettes en lui demandant d’aller en Corée du sud pour y assassiner un inconnu. Une mission facile sur le papier mais dans laquelle tout va dérailler.

Critique :Pourquoi ? Pourquoi ne donne t’on pas aux films comme The Murderer, J’ai Rencontré de Diable ou même Old Boy, la place qu’ils méritent au panthéon des films à voir absolument pour ne pas à jamais spolier le goût cinématographique de ceux qui se prétendent être cinéphiles en s’abreuvant de Taxi, Transformers, Skyline et autres bouses formatées fraichement pondues par le rectum crasseux de producteurs hollywoodiens ne cherchant qu’à faire de l’argent avec le goût de merde de spectateurs pressés de leur filer leurs dollars.

Différent, surprenant, vivant, touchant voilà comme j’imagine le cinéma de qualité. Mais peut-être est-ce son lot de prendre des chemins de traverse pour arriver à une reconnaissance de ses vrais spectateurs. Away we go, Little miss sunshine, plein de films de ce genre connaissent un succès d’estime et se transmettent de bouche à oreilles pour leur qualité narratives, la qualité du jeu de leurs acteurs ou celui de la réalisation. La Corée, le Japon et le cinéma asiatique en général possèdent, je ne parle que de ce que l’on peut voir sur nos grands écrans, cette spontanéité et le Pays du Matin Calme paradoxalement est le vivier de polars survitaminés, fouillés, viscéraux et inventifs comme pour prouver, si besoin est, au cinéma de Hong-Kong qu’il va falloir compter avec eux.

The Murderer fait partie de cette catégorie de films avec lesquels vous prenez une gifle monumentale. Une histoire de base simpliste mais qui prend vite une épaisseur et une dimension bien plus importante que ce que l’on aurait imaginé dès le départ. Ainsi, si la trame scénaristique peut apparaitre assez simple de prime abord, le héros se retrouve vite au cœur d’une série de rebondissement au sein desquels, tel une boule de flipper mais pas celle de Corinne Charby, il se retrouve bringuebalé violement de flics véreux et manipulateurs sordides et se trouve bien dépassé par les évènements qui lui tombent dessus car finalement, il n’est pas grand-chose et n’appartient pas au milieu qu’il affronte.

D’une esthétique sublime ou la caméra lutte avec et contre les protagonistes, les éclairages, dans la veines de polars à suspens coréens du moment apportent à la photographie un mélange de crudité et de réalisme dans jamais tomber dans le côté lisse et aseptisé, médical, grand danger de filmer avec du matériel numérique. Jusqu’à l’affiche elle-même, beaucoup de choses dans The Murderer trouvent un écho au précédent film, les courses poursuite, l’humour noir et le second degré grinçant typiquement asiatique, l’énergie des acteurs et de la mis en scène mais surtout le coté malsain et réaliste des situations qui semblent tirées d’un fait divers conférant au film une touche de réalisme bien loin des clichés hollywoodiens. On ne peine pas à croire que le drame social qui se joue sous nos yeux puisse être arrivé plus d’une fois dans Le Pays du Matin Calme. Si les deux films sont des frères proches, ils sont suffisamment éloignés dans ce qu’ils racontent et ce qu’ils transmettent pour faire de the Murderer un film à ne surtout pas rater.

2 avis sur “The Murderer – Chasse à l’homme

    1. Même si ne je suis pas asiatique moi-même, tu connais le respect et l’amour que j’ai pour cette partie du monde. Leur ciné me bluffe souvent mais là le film m’a scotché au siège, une merveille. You can be chauvine avec la toison de cheveux que tu as ce sera pas très crédible :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *