Super 8 – Super référentiel

Genre : Thriller/suspense/SF  Durée : 1h50   Note :  11/20

Réalisé par : J.J Abbrams Avec :  Elle fanning, Kyle Chandler, Joel Courtney


Au début des années 80, dans un petit village américain, alors que des enfants tournent un film en super 8, un train se crashe dans la petite gare qui dessert leur paisible lieu de vie. Dans ce train appartenant à l’armée américaine, se cache un secret qui va menacer la tranquillité et la sécurité de la petite bourgade.

Critique : Je l’aime bien J.J Abrams, je ne connais pas Alias mais j’ai bien aimé LOST que j’ai suivi de bout en bout, J’aime beaucoup Fringe, j’ai adoré le teasing génial qu’il a fait autour de sa série phare, de son bébé Cloverfield et autour de super 8. J’ai assez aimé son Star-Trek même si pas groupie de la série… Bref, pour moi, ce type est un baby-Spielberg aidé par une machine marketing efficace, un sens du teasing hors pair, une bonne dose d’inspiration. C’est un peu l’élève doué et très appliqué (trop ?) d’une génération élevée par Lucas et Spielberg. Pour moi, c’est un bon que ce soit dis.

Pourtant, en ce qui me concerne, la mayonnaise à moyennement pris. La bande annonce me faisait  penser à un mélange d’Alien et Cloverfield avec un soupçon d’X-Files pour le coté militaires et zone 51. Je me voyais aller voir  un film d’alien  somme toute un peu sauvage et spectaculaire et je me suis retrouvé au milieu d’un film hommage et milk shake aux grands classiques des années 80/ début 90.

La bande de copains à la Goonies en moins attachants, la trame dramatico-familliale à la Roméo et Juliette qui sépare les deux mignons interprètes, le gentil-méchant alien mis en scène comme le requin des Dents de la Mer et victime de la cruauté des humains de E.T, les relents de Rencontres du 3èmpe type… tout n’est que références, hommage ou repompe, appelez ça comme vous voulez, de recettes qui ont fait leurs preuves maintes et maintes fois et qui apparaitront, pour ceux qui ont une once de culture cinéma, comme une facilité que je n’attendais de la part de J.J Abrams, même la très, très spectaculaire scène de déraillement semble sortie tout droit des rush de La Guerre des Mondes de Spielberg même si elle est pour moi LA scène marquante du long-métrage.

Le film, même s’il se tient et est tout de même divertissant, laisse donc une sensation frustrante de déjà vu et manque d’imagination. Entre un Alien directement recyclé de Cloverfield, des acteurs un peu amorphes qui semblent se dire « ho tiens t’as vu un Alien ! » plutôt que « holly fuckin’ shit, it’s gonna kill us dead, ho my god rheuuuargghhh ! ». Exception faite de la petite Fanning qui avec son visage un peu extra terrestre de d’adolescente séduisante au teint blanchâtre sort un peu du lot, une fin d’une facilité honteuse et aussi émouvante qu’une glace pistache-chocolat, Super 8 au lieu de super m’étonner m’a surtout laissé un super impression de déjà vu au lieu de me scotcher à mon siège comme l’avait fait Cloverfield, plus inattendu, plus harcore, plus étrange que celui-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *