Suicide Squad – Viandage collectif

Critique Suicide Squad poster - N'y allez pas c'est da la merde

Genre : Action, Fantastique Durée : 2h03 Note : 04/20

Réalisé par : David Ayer Acteurs : Margot Robbie, Will Smith, Jared Leto

Pour prendre la place Superman, dernier empart de justice, sont réunis dans un même gang, les pires méchants des DC comics sont réunis par l’armée des États-Unis et son projet Task Force X pour lutter contre une menace qui pèse sur le monde, l’arrivée du prochain méta-humain. Très vite, DeadShot, Harley Quinn, El Diablo, Captain Boomerang, Killer Croc vont se rendre compte qu’ils ont été sacrifiés sans qu’on leur demande vraiment leur avis.

N’ayant ni attrait ni révulsion pas plus que de connaissances approfondies sur l’univers DC, je n’en reste pas moins un spectateur un peu incrédule de voir débarquer sur les écrans la Suicide Squad dont j’ai tout de même entendu parler au travers de plusieurs de ses personnages, pendant méchants des Avengers.

Véritable boulevard , ode à Will Smith, Suicide Squad lorgne à la fois sur les succès du très discutablement borderline Deadpool que je considère comme une vaste pochade à peine irrévérencieuse et le très efficace Guardians of The Galaxy qui a su, même avec une histoire assez basique, donner une couleur singulière à son film en même temps qu’une place à chacun des protagonistes.  Dur de passer derrière tant de cooltitude, de construction et de décontraction tant le film de James Gunn ne se prenait absolument pas au sérieux en dépit de moyens considérables.

SUICIDE SQUAD
Tiens tu es là toi ? Je pensais que le film ne parlait que de moi. T’inquiètes si tu es sage, je ferais comme avec le spectateur. Une bonne batte dans le cul.

Badass is so cool semble hurler Suicide Squad, cherchant désespérément à rendre ses méchants biens terre à terre à la hauteur du charisme des héros galactiques ou des vengeurs de la DC. Quand ces derniers ont su nouer et retranscrire une véritable complicité à l’écran, Suicide Squad hésite longuement, balance quelques blagues et bon gros clichés sur les personnages (je suis Aussie, je bois de la bière avec un accent du Queensland, je suis mexicain, j’ai un accent à couper au couteau, je suis japonaise je…) puis se plante royalement en tentant de créer une alchimie au profit d’une longue régurgitation de scènes mille fois tournées, mille fois attendues au milieu d’un récit d’une platitude que le Salar de Uyuni lui envierait.

Critique Suicide Squad 01 - N'y allez pas c'est da la merde
Même en essayant très fort on a l’air d’une couv de Télé Z

Un joker à fort potentiel charcuté au montage, une Harley Quinn absolument insupportable, loin de sa sexy, fébrile et diabolique caractérisation dans les dessins animés Batman de France 3 et un Deadshot Smith omniprésent écrasent de leur omniprésence bien sage le reste des autres protagonistes, enfants bien trop sages qui ont relégué leur sadisme au vestiaire. Le problème réside exactement dans les craintes que l’on pouvait avoir. Assumer son statut non pas de sales gosses, mais de mauvaises personnes, de méchants pur-jus, de gros enculés de la pire espèce.

Critique Suicide Squad 02 - N'y allez pas c'est da la merde
Tout le monde a droit à son Joker

Hors ce constat édulcoré à l’appui, on peut envisager rapidement les raisons qui ont poussé les studios à totalement remanier le film de David Ayer. Le vider de sa substantifique moelle : le mauvais goût, le goût du sang et la méchanceté comme point d’appui essentielles aux motivations essentielles de ces super-méchants psychopathes, pour en faire un produit indigeste, mais PG-13 alors que franchement, à cet âge et à mon époque, on voyait bien pire, bien plus violent et bien plus impertinent.

À absolument chercher à être cool et à plaire au plus grand nombre, Suicide Squad bande mou et  gicle dans son slip pour finir dans une purée de  bons sentiments absolument dégueulasses sans jamais être ni disruptif, décalé ou agréable à regarder.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *