Logan – Daddy cool

Critique - Logan - N'y allez pas c'est de la merde Poster

Genre : Fantastique, drame Durée : 2h17 Note : 15/20

Réalisé par : James Mangol Acteurs :   Hugh Jackman, Patrick Stewart, Dafne Keen

HARASSÉ, VIDÉ, ÉPUISE, LOGAN ALIAS WOLVERINE, S’OCCUPE D’UN PROFESSEUR X SOUFFRANT DANS UN LIEU TENU SECRET DE SES ENNEMIS. ASPIRANT AU CALME ET AU REPOS, SA ROUTE TRANQUILLE VA BASCULER LORSQU’UNE JEUNE MUTANTE DOTÉE DES MÊMES POUVOIRS QUE LUI VA CROISER SON CHEMIN.

Logan est un personnage intéressant. Peut-être le plus passionnant de tous d’ailleurs. À cet état de fait, une raison toute simple : Logan est plus combattif et le plus humain dans ses tripes. Marginal et pourtant profondément attaché à ses valeurs, il est faillible, c’est celui qui souffre le plus de sa condition.

Comme un Batman, l’attirail ultra tech et le côté clinquant en moins, il assume son rôle de héros contre son gré, qui déteste à la fois sa condition, l’aspect sale et vaniteux de la nature humaine et son statut de héros qui, de fait, migre inévitablement vers le antihéros. On en peux qu’adorer cette figure admirable qui s’en va dans le soleil couchant, limite en nous balançant un « je t’emmerde et je rentre à ma maison ».

 Wolverine et Hugh Jackman en ont vu des films et des films se tourner. Plus ou moins réussis, plus ou moins inspirés. On sent dans ce dernier opus avec Hugh, le véritable soulagement de l’acteur et du personnage d’en avoir fini avec cette période, livrant ses dernières forces dans la bataille. De fait, Logan est certainement et de loin le meilleur film jamais réalisé avec le « glouton » son premier nom français.

Critique - Logan - N'y allez pas c'est de la merde 02

Avec son côté « the last of us », Logan explore un aspect du personnage dont on avait un aperçu avec sa relation avec Malicia. Un rapport grand frère, petite sœur qui se transforme en véritable rapport père fille avec le personnage de Laura, Wolverine en miniature et féminin, à la frontière de la Hit-Girl de Kickass qui en fout plein la tronche à ses ennemis avec une violence rare et jouissive. Le film réussit là où beaucoup échouent lamentablement avec leur surenchère de personnages.

Logan est centré autour d’un duo-trio, d’une histoire simple à défaut d’être très originale, d’une relation qui s’installe, d’un amour qui se noue et s’apprivoise entre un père et sa fille, tous deux marginaux qui se ressemblent malgré des années de séparation.

Critique - Logan - N'y allez pas c'est de la merde 01

Dans Logan, on est souvent bien plus proche d’un road movie intimiste et drôle que d’un film de super héros et c’est la preuve d’une grande intelligence d’écriture et de contextualisation. On a le temps de s’attacher aux personnages, on prend plaisir à voir l’histoire se nouer et dénouer, on sent énormément de sincérité, on sait la fin inévitable mais rien n’est surjoué, sur-dramatisé.

Si il manque à Logan quelques éléments pour être un très grand film, sa simplicité contraste totalement avec l’imbécilité totale de certains films de super héros et en fait un film très, très agréable à regarder.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *