Les Tuche – Bienvenue chez les monégasques

Genre : comédie Durée : 1h35   Note :  8/20

Réalisé par : Olivier Baroux Avec :  Jean-Paul Rouve, Isabelle Nanty


Une famille de Ch’tis gagne une grosse somme au loto et décide de vivre sa vie rêvée, descendre vivre dans la principauté de Monaco pour côtoyer la famille royale et surtout Stéphanie dont la maman est une grande admiratrice.

Critique : La comédie française à cela de particulier qu’elle divise souvent les spectateurs. 20 millions de personnes, par exemple, on adoré les Ch’tits, j’ai détesté, je n’ai pas ri et me suis presque endormi et ce comme l’immense majorité de mes amis. Rien d’étonnant donc à ce qu’un film comme « rien à déclarer » ne m’ait pas non plus provoqué un torrent d’hilarité mais plus une indifférence totale pour l’écran et une passion dévorante pour la cadran de ma montre dont la vitesse de rotation des aiguilles, effet de la relativité restreinte oblige, est inversement proportionnelle à la qualité de ce qui m’est projeté. Et je ne parle pas de « Taxi ».

J’ai par contre, un petit goût pour les films sans prétention comme « Nos jours heureux » ou « essaye-moi »… Paradoxe donc de cette comédie que certains trouvent lourde, d’autres hilarante, d’autres franchement ringarde. C’est donc, vous l’imaginez avec beaucoup de prudence que j’allais voir les Tuche, même si joue dedans un acteur que j’aime beaucoup : Jean-Paul Rouve. Un acteur à la fois plein de sensibilité mais capable des délires les plus fous ou des personnages les plus cruels, sordides ou crétins qui soient. Accompagné de la prof du cours Florent, Isabelle Nanty le duo permet quelques sourires et sauvent tout de même le film, par leur expressivité et leurs improvisations, d’un naufrage total.

Les Tuches, c’est l’histoire d’une famille du nord, pas très futée, qui gagne au loto et va s’installer à Monaco. Sur la papier on a donc du Ch’tit à l’envers avec une rencontre que l’on espère détonante entre le prolo de base et le richissime et péteux monégasque, égratignant le sacrosaint bourgeois pété de thunes et le système corrompu du rocher avec force et véhémence dans une comédie cruelle, acide à l’américaine.

Malheureusement, le film se révèle trop tendre dans son propos, trop gentillet dans son approche. Les Monégasques moqueurs se révèlent vite de gentils voisins tolérants, les Tuches prolo épousent bien vite les valeurs de leurs richissimes nouveaux voisins. Bref, alors que l’on pouvait attendre quelque chose de plus inventif, plus décalé dans les situations, de plus méchant dans le propos sans évidemment tomber dans de l’anti-bourgeoisie primaire inintelligente (on a déjà donné avec Neuilly-Sa-Mère qui était ridicule dans le genre).

Bref, politiquement correct, pas assez savoureux dans les dialogues, manquant d’inventivité pour le comique de situation, les Tuche cabotine plus qu’il n’égratigne et il n’en ressort au final qu’une banale petite comédie gentillette qui fera les bonheurs des pré-noctambules en seconde partie de soirée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *