Les 3 Mousquetaires – Trois moustiquaires en 3D (débile, désolant, déprimant)

Genre : Combat de pets  Durée : 1h50  Note :  4/20

Réalisé par :  Paul W.S ANDERSON Avec : Logan LERMAN, Milla JOVOVICH, Matthew MACFAYDEN, Christof WALTZ

 

Résumé : Les 3 mousquetaires tentent de déjour un complot organisé par Milady et le cardinal de Richelieu pour renverser le pouvoir en place et pousser l’angleterre au conflit avec la France.

Il y a des livres qui ont été adaptés avec une certaine réussite (Shinning, Germinal, Cyrano, Fight Club, jaws et j’en passe). Aujourd’hui, la pénurie de scénarios et la peur totale du risque dans les studios hollywoodiens font qu’adapter un livre ou faire un reboot ou un remake ou voguer sur la mode des vampires ou autres bêtes bankable se révèle un créneau porteur pour les spectateurs peut regardants mais quelquefois des succès bien mérités.

Puis il y a les adaptations ratées, les hommages qui donneraient envie aux ayant-droit de flageller, lapider, écorcher, équarrir, écarteler les réalisateurs sur la place publique tant la vision qu’il donnent de l’oeuvre originale qu’ils admirent tant se transformer une bouillie indigeste de bêtise et d’invraisemblance qui au final, anachronisme à l’appui et manque de talent aidant, se métamorphose en un abîme insondable de médiocrité, un trou noir absorbant à la fois l’intelligence du spectateur assez attardé pour l’apprécier que les quelques ersatz de talent que le réalisateur pense posséder.

L’étendue du massacre qu’il nous est donné d’admirer dans Les 3 Mousquetaires est rare, très rare. Loin d’être unique, il propulse le film dans le top 10 des adaptations les plus foireuses et plus incroyablement grotesques que le cinéma américain, peu regardant sur la véracité litéraire européenne, nous ait jamais offerte. Du casting à l’histoire des ferrets de la reine comme fil rouge lointain, en passant par les effets spéciaux (dans un film de mousquetaire) se révèlent à la fois hallucinant de nullité et atomisant de ridicule. Exit les manipulations et les intrigues qui demanaient au lecteur de s’accrocher un peu pour saisir toute les subtilités du roman. Ici, on simplifie à l’extrême, on assiste à un règlment de compte de cour d’école et surtout, on s’inspire bien de Sherlock Holmes sorti il n’y a pas si longtemps pour se dire qu’on va foutre des gadgets partout parce que c’est classe.

Athos , ninja de manga sous-marin qui se bat avec des flechettes à tête chercheuse, Porthos en avant de l’équipê de France avec la prestance d’un couteau (l’animal pas le couvert) qui se fait prisonnier volontaire pour pouvoir s’évader (oui !), Aramis en Batman version Christopher Nolan qui saute d’une quarantaine de mètres, commencent merveilleusement le film dans les premières secondes en décribilsant les prochaines 100 minutes qui nous séparent (longuement) du dénouement final par leur risible prestation et l’atroce présentation que le réalisateur fait d’eux à la m’anière d’un film d’intro de jeu vidéo. Pour parachever tout cela, Milla Jovovich ! La sculpturale épouse du réalisateur est filmée sous tous les angles dans son personnage de Milady qui se la joue Merteuil avec la finesse d’interprétation que demande son personnage  de combattante de Resident Evil.  Et je ne parle pas du malheureux Orlando Bloom qui devrait revenir à du vrai cinéma et Christov Waltz qui aurait du rester affronter  les Inglorious Bastards qui plombent toutes leurs scène tant leurs dialogues et la conviction qu’ils mettent pour les déclamer nous immerge dans un quasi apoplexie.

Arrive enfin D’Artagnan. Merveilleux D’Artagnan que l’on a envie de gifler dès son apparition à l’écran. Formidable D’Artagnan aussi insupportable que Justin Bieber, aussi effroyablement indigeste qu’un Château Yquem ayant bronzé au soleil pendant deux ans, écoeurant de suffisance, bête comme ses bottes qui emballe Constance en un tournemain et découvre que celui qui était son valet dans le roman est celui des 3 mouquetaire à la ville.

Finissez par un nappage de bateaux zepellin, d’une fin catastrophique avec une surprise Miladyesque du plus bel effet et propre à complexe les plus grands plongeurs de haut vol… Cette tentative de modernisation des 3 Mousquetaires est un ratage effroyable, une totale perte de temps, un directto-dvd-then-right-to-the-bin qui ne mérite même pas même le  coup d’oeil pour sa désastreuse et inutile 3D.

 

 

2 avis sur “Les 3 Mousquetaires – Trois moustiquaires en 3D (débile, désolant, déprimant)

  1. Ha oui, j’avais oublié de te le dire je crois, peut-être parce que j’avais honte, mais j’ai vu ce film. J’aurais pu t’empêcher de gaspiller un temps de ta vie… Ce film est une daube en puissance.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *