La vie rêvée de Walter Mitty – Pas si Mytho Mitty

Genre : Comédie, aventure  Durée : 1h54 Note : 12/20

Réalisé par : Ben Stiller Acteurs : Ben Stiller, Kristen Wiig, Shirley McLane, Adam Scott, Sean Penn

[youtube=https://www.youtube.com/watch?v=nySUpQA5T90]

Un employé aux services des négatifs du magazine Life, timide, rêveur et un peu triste, part à la recherche d’un des photographes les plus emblématiques du journal pour que celui-ci lui remette de négatif de la photo qui fera le couverture du dernier numéro. Une aventure qui le mènera aux quatre coins de monde et remettra entièrement en perspective sa vision de la vie et de ses relations humaines.

De Ben Stiller on aura tendance à retenir le comédien déjanté, au sens de l’exagération un peu lourdingue, aux blagues en dessous de la ceinture, scatophile et autres sécrétions humaines. Zoolander, Tonnerre sous les Tropiques, s’ils étaient drôles de par leur énormité sont d’un autre genre que ce qui anime La Vie Rêvée de Walter Mitty, icône de la pop culture américaine, un American Dreamer qui trouve au fond de lui, le courage de formaliser ses pensées par des actes.

Humaine et à contre-courant des comédies classiques et de leurs grosses farces, La Vie Rêvée de Walter Mitty se tourne vers une forme de cinéma indépendant lui apportant sa fraicheur et sa sensibilité,  découverte et respect des autres, amour du travail bien fait, humour posé avec subtilité dans une ambiance légère, mais en même temps chargée en émotion.

Même si le nouveau film de Ben Stiller ne possède pas le degré dea subtilité  d’autres road-movies du genre il s’en approche grandement pour nous offrir un film distrayant, frais, étonnant. Il place au cœur de son intrigue un personnage qui sait rester de marbre face à au cynisme foudroyant de la société qui l’entoure et le vampirise pour mieux redevenir soi-même, émancipé, libéré d’un chape de plomb, d’un quotidien dans lequel il s’est enfermé, oubliant de vivre.

Ainsi, on découvre un Walter Mitty courageux, doué dans les domaines où on ne l’attends pas, un homme qui ne demandait qu’à éclore, mais qui coincé dans sa coquille quotidienne n’avait pas trouvé encore le terrain d’expression de  ses capacités et ses aspirations les plus profondes et les plus refoulées.

Alors OK, tout ça, ça peut paraitre vachement bateau vous allez me dire et ça fait limite série TV américaine, dépassement de soi et tout le bordel, mais contrairement à beaucoup d’écueils sur lesquels se seraient heurtés nombre de réalisateurs, La Vie Rêvée de Walter Mitty, de par la maladresse et la naïveté et le naturel désarmant de son personnage qui évolue sous nos yeux, ne cherche pas dégager le moindre message et refuse catégoriquement de se prendre au sérieux.

Pas de leçons de morale, de l’exagération juste ce qu’il faut pour rester un fable un peu farceuse, une intrigue au dénouement bien prévisible dès les premières minutes , La Vie Rêvée de Walter Mitty ne cherche pas l’oscar ni à être un road movie indé qui déchire et étonne (ou alors il a complètement raté son coup). C’est un gentil film sympa et frais qui fait voyager, offre de magnifiques paysages, nous présente un héros plutôt accessible qui ne devient pas un surhomme, mais juste lui-même avec le courage de prendre sa vie en main.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *