Inside Llewyn Davis – Folk on the wild side

Genre : Comédie, Drame  Durée : 1h45 Note : 15/20

Réalisé par : Joel Coen, Ethan Coen Acteurs : Oscar Isaac, Carey Mulligan, John Goodman, Justin Timberlake

Llewyn Davis est un jeune chanteur de folk de Greenwich Village. En 1961, alors qu’un hiver rigoureux frappe New York, le jeune homme, guitare à la main, ne survit que grâce à l’aide que lui apportent des amis ou des inconnus qui le logent ou lui refilent quelques petits cachets. Des cafés du Village à un club désert de Chicago, Leewyn affronte les obstacles que la vie met sur son chemin, mais aussi les doutes qu’il se crée lui lui-même face aux évènements qui ne semblent jamais tourner en sa faveur.

Les films des frères Coen ont cette particularité de baigner dans une poésie douce-amère. Un univers sur la corde à la pointe de la parodie. Comme lorsque l’on marche sur un fil, prêts à basculer d’un côté ou de l’autre ou à la croisée des chemins, sans aucune possibilité de faire marche arrière.

Dire que les frères Coen savent mettre la vie en scène dans tout ce qu’elle a de plus absurde, de fou ou de mélancolique est un euphémisme. Car même dans leurs œuvres les plus dingues, la vie de leurs personnages vraiment pas de tout repos, n’est jamais si éloignée de la réalité que l’on ne pourrait le penser.

De rencontres improbables en situations délirantes, de décisions désastreuses en combats perdus d’avance, de personnages irréels et égarés en répliques cinglantes, Inside Llewyn Davis est un pur produit des deux frangins au look de Dr House au casting sans faille. De la superbe Carey Mulligan, à l’extraordinaire Oscar Isaac et passant par l’irremplaçable John Goodman.

Parfaite représentation du parcours d’un artiste raté, mais phénoménalement talentueux qui, pris dans un cercle vicieux, d’échecs en refus,  gâchant ses secondes chances, foule aux pieds l’amitié de certains, prend les mauvais chemins ou les pires décisions, puis retrouvant l’espoir l’espace d’une seconde en oublie les leçons de ses erreurs passées. Un artiste qui malgré tout y croit, fidèle à ses convictions et ses choix et se bat pour peut-être un jour, au bout de son errance, y arriver. Il n’est ainsi jamais le dindon de la farce, mais bien le cœur vibrant d’un univers en effondrement qui gravite autour de lui.

Jamais déprimant, mais  grave, mélancolique et incroyablement  inspiré, cette semaine dans la vie de Llewyn Davis est touchante et enthousiasmante. En dépit de tous les malheurs qui le touche, il émane une forme de sympathie et d’empathie profonde pour cet original, ce marginal, immense dans la défaite, qui a le courage d’essayer d’être lui-même, mais se retrouve confronté à l’animosité de certains, à l’incompréhension de ses amis comme de sa famille, à la nullité de son label et se voit même affublé d’un chat roux capricieux et fugueur, semblant aussi paumé que lui et répondant au nom fortement symbolique d’Ulysse. Peut-être son double parfait, présent et absent, perdu et opportuniste, libre et insaisissable.

Doté d’une mise en scène lumineuse et d’une beauté stupéfiante, sortie tout droit d’une série de photo des années 60. Délice doux-amer baigné dans une musique folk qui colle parfaitement à l’ambiance mélancolique du film (que l’on soit fan ou pas de musique folk d’ailleurs) et nous colle un bel hommage à Dylan en guise de clôture et même dans son affiche qui rappelle l’album « the freewheelin ». De là à dire que le film lui-même est une immense chanson folk, il n’y a qu’un pas.

Avis sur “Inside Llewyn Davis – Folk on the wild side

  1. Magnifique critique qui exprime tout à fait la sympathie que l’on peut ressentir pour le héros lleywin Davis que l’on voudrait aider à avoir une vie meilleure. J’ai hâte de voir ce dernier « petit » des frères Cohen, surtout en plus si la musique colle si bien au film.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *