Elvis & Nixon – Little More Conversation

Critique Nixon & Elvis Poster - N'y allez pas c'est da la merde

Genre : Comédie Durée :  1h26 Note : 14/20

Réalisé par : Liza Johnson Acteurs :  Michael Shannon, Kevin Spacey, Alex Pettyfer

Le 21 décembre 1970, aux États-Unis Nixon et Elvis sont de véritables stars. La première est président des USA, un peu brut de décoffrage et pas franchement populaire pour faire un euphémisme, l’autre une mégastar de la chanson, le beau gosse absolu, le fantasme ultime de jeune fille moyenne quel que soit le pays. Quand Elvis vient frapper à la porte de la Maison Blanche pour rencontrer le président et lui demande de le nommer agent fédéral, ce dernier l’envoie balader. Pourtant, sa fille aidant et les élections approchant, Elvis va développer moult arguments pour obtenir son entrevue. Une entrevue où les deux hommes vont se découvrir des points communs, un rendez-vous qui restera secret pendant des années.

Il faut dire que le récit à tout pour faire croire à une fiction. Le lourdaud et rustre Richard Nixon rencontrant le charismatique et ultra populaire Elvis Presley, même la photo témoin de l’entrevue, elle parait être un véritable montage Photoshop. Quant à la demande d’Elvis, devenir un agent infiltré pour lutter contre la montée de la consommation de drogue chez les jeunes de son époque, elle a de quoi être totalement surréaliste.

Pourtant, c’est bien d’une anecdote totalement véridique que Liza Johnson a bâti son film avec Hanala & Joey Sagal aidé de Cary Elwes, inoubliable Robin de Loxley dans le film de Mel Brooks, sacré Robin des Bois. Un travail de scénario à la fois superbement renseigné, mais aussi millimétriquement équilibré pour jouer au chat et à la souris avec les émotions du spectateur, le faire rire, l’émouvoir, le tromper, le surprendre. Sur ce point, le film est un plaisir de dialogues détonants, de  moments savoureux, amenés avec justesse et sans précipitation. Il y a à la fois beaucoup de douceur, de sensibilité et d’humour dans Elvis vs Nixon, une volonté de ne caricaturer personne tout en se moquant gentiment de la douce de folie de l’un et de l’opportunisme un peu naïf de l’autre.

Critique Nixon & Elvis 01 - N'y allez pas c'est da la merde
Roi du rock et roi des cons

Une screenplay qui ne serait rien sans l’immense talent des acteurs. Entre Colin Hanks (le redoutable Doomsday Killer de Dexter), Michael Shannon (Le Général zod de Superman) et l’inénarrable Kevin  Spacey et Johnny Knoxville, le film prend une épaisseur et justesse comme on aime la retrouver dans le cinéma indépendant américain. Bien qu’aucun des deux acteurs n’aient des traits, même proches des personnages qu’ils incarnent, la justesse de leur jeu, leurs attitudes, leur bagou et leur interprétation transcende tout le récit.

Comme par enchantement, la magie opère, on croit au film, trop court, on accroche à l’histoire surréaliste et un peu dingue, on se laisse porter par ce grand n’importe quoi très 70’s, on adore plonger dans le quotidien totalement fou du King du Rock’n’roll et dans ses étranges névroses, caprices et obsessions qui ne sont pas sans rappeler celles des plus grandes stars de la musique aujourd’hui. On se délecte avec Spacey de son Nixon fou de réalisme.

Critique Nixon & Elvis 03 - N'y allez pas c'est da la merde
Je vous ai pas déjà vu quelque part ?

L’humour de Elvis & Nixon naît de détails, de répliques, d’attitudes, de regards. Le sel même du métier d’acteur réside dans le travail des deux comédiens qui ne se contentent pas de lire leur texte, mais de l’incarner jusqu’au bout. D’aucun dirons que c’est ce qu’on leur demande, je rétorquerai que c’est bien trop rare de voire un exercice de haut vol pratiqué avec un tel art et avec autant d’humilité. C’est ce qui me fait adorer le cinéma indé américain. Cette justesse à flatter son pays tout en lui balançant ses moindres défauts à la figure. Pour un pays qui est très agréable, mais est une véritable caricature à lui tout seul, c’est toujours délectable.

Critique Nixon & Elvis 02 - N'y allez pas c'est da la merde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *