COURT-METRAGE – Whole

Genre : Court-métrage Durée : 12mn07  Note : 14/20

Réalisé par :  William Reynish  

 

Sous-titres disponibles en cliquant CC

Mira, une jeune fille, dévastée par sa rupture d’avec son petit ami espère trouver le salut dans la recherche de son animal spirituel.

Si les origines du concept d’animal spirituel semblent remonter à la nuit des temps, sa popularisation et son utilisation résonnent aujourd’hui comme quelque chose de très anglosaxon, voire américain. La faut peut-être à Fight Club, dans lequel Ed Norton, le narrateur avait trouvé son pingouin lors d’une réunion des cancéreux en phase terminale à laquelle il assistait pour trouver le sommeil.

L’animal spirituel, sensé donner à l’humain tout un ensemble des ses attributs énergétiques ferait partie de nous et nous montrerai à la fois nos qualités enfouies et notre chemin de vie. A la fois aide, guide et médecin. Il guérit les maux et redonne de la force. Je me demande d’ailleurs quelle sorte de power animal je peux bien avoir pour le coup mais bref, c’est pas tellement le topo.

Whole, petit  film d’animation de Williman Reynish réalisé sur Blender, le logiciel 3D open source fait preuve d’un parti pris artistique tout à fait singulier faisant oublier la simplicité apparente de l’intrigue. S’inspirant de façon lointaine de l’esthétisme des héros de contes pour enfants de la finlandaise Tove Jansson Les Moomins qui sont certainement parvenus jusqu’aux yeux des petits danois. Les personnages, simplifiés au possible, apportent à la fois une esthétique étrange et inquiétante mais qui se marie parfaitement avec l’angoisse atone de ce que vit son personnage principal.

La forme soulignant de Whole adroitement son fond avec beaucoup de simplicité, Mira, flanquée d’un véritable trou émotionnel, physique, multi symbolique en plein milieu de corps, du cœur et de l’estomac parait alors d’autant plus vide que son manque de réaction et l’enthousiasme de sa meilleure pote Indeborg nous donnent envie de lui secouer les puces. C’est en suivant les pas d’Inderborg, jeune fille survoltée, bourrée à la vodka que  Mira trouvera le chemin vers son animal spirituel.

Elégamment tourné, le voyage spirituel de la jeune fille, hypnotique, déroutant, rappelle par clin d’oeil plusieurs films hollywoodiens. On retrouve du Fight Club bien sur, un peu de Big Lebowky et du 2001 l’odyssée de l’espace.

 Ici tout prend un symbole intéressant. Depuis la tisane aux herbes qui se révèle être le remède idéal pour éclairer son esprit, à la vodka qui se trouvera être elle aussi une sorte d’arme pour chasser ses démons jusqu’au non de la jeune fille, Mira (Mirroir) incapable de voir, dans son état, son propre reflet ou celui des autres. Tout se reconstruit autour de Mira pour que, en ayant retrouvé son animal spirituel, elle redevienne entière, que hole devienne Whole.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *