Colombiana – Valium colombien

Genre : Thriller/Polichier Durée : 1h45   Note :  06/20

Réalisé par : Olivier Megaton Avec :  Zoe Saldana, Amandla Stenberg, Michael Vartan


La petite Cataleya, fille d’un truand colombien, voit ses parents se faire assassiner sous ses yeux. Elle parvient à gagner les USA pour y retrouver son oncle. Des années après, elle met au point une vendetta pour assouvir son désir d’éliminer les meurtriers de ses parents.

Critique : Hitman, la Sirène rouge, Hitman, le transporteur III, dès que l’on évoque la filmographie d’Olivier Megaton (qui s’est nommé ainsi parce qu’il est né 20 ans après le bombardement d’Hisroshima… (sic)), on comprend vite qui est la cible de ses films. Le spectateur peu cinéphile, qui ne désire pas trop réfléchir, pas trop se prendre la tête et surtout pas trop se vriller le cerveau avec des trucs inutiles comme le symbolisme, les niveaux de lecture, un bonne mise en scène et surtout un scénatio original et bien ficelé.

Colombiana, c’est un mélange de Léon et de Nikita, deux méga hits de grande qualité réalisés à une époque où Luc Besson faisait du très beau cinéma avec le cœur et non avec le portefeuille. C’est aussi beaucoup du Baiser Mortel du Dragon, bref on sais que l’on est face à une production Europa Corp qui certes produit de très belles choses comme I love you Phillip Morris, Les Petits Mouchoirs, le concert, Ne le dit à personne mais est aussi capable de faire les plus immondes bouses, sans intérêt, généralement 1h40 de vide intersidéral, bourré d’action à deux balles, de scènes au ralenti et d’acteurs poseurs faussement calqués sur les films de John Woo de la grande époque, de scènes d’émotion digne du pire de Plus Belle la Vie et d’un casting générale très eugénique et manichéen.

Colombiana c’est une gentille petite série B au scénario poussif et prévisible, une pauvre vendetta menée par une jeune femme dont la famille a été décimée par les équipes d’un chef de cartel gras et dégueulasse quand elle était petite fille. La petite devient une tueuse implacable et efficace qui exécute des contrats tout en menant sa vengeance à sa manière. Elle va y parvenir et bla et bla et bla…

C’est filmé juste comme il faut, avec des acteurs qui en font le minimum, une inventivité au raz des pâquerettes, un humour primesautier, des personnages clichés joués par des acteurs aussi colombiens que je suis norvégien (J’ai toujours eu un peu mal de voir un acteur Maori jouer un colombien avec un accent forcé à couper au couteau). Si Colombiana aurait presque fait un joli téléfilm, ce n’est pas un film de cinéma. Cinéma dans lequel on lutte tout le film pour trouver une position pas trop inconfortable pour que le temps passe plus vite car c’est là tout le paradoxe et l’exploit d’un film d’action comme Colombiana. Arriver à nous endormir en ne laissant pas une seconde la place au calme sur l’écran.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *