American Pie 4 – Réchauffée au micro-ondes


Genre : Comédie Américonne Durée : 1h54  Note :  10/20

Réalisé par :  Jon Hurwitz, Hayden Schlossberg Acteurs : Jason Biggs, Alyson Hannigan, Sean William Scott

1999, Jim, Michelle, Kevin, Vicky, Oz, Heather, Finch, Stifler  se retrouvent. Chacun ont leur histoire, leurs rencontres, leurs conjoints, certains ont grandit et sont devenus un peu plus matures, d’autres ont l’air de l’être encore moins. Tous se retrouvent 13 ans après pour une grosse réunion d’anciens élèves de leur lycée.

En 1999 sortait sur les écrans un film qui sans révolutionner l’humour potache graveleux et crétin américain allait donner le ton de beaucoup de comédies du genre qui a grand renfort d’inspiration sur leur glorieux ainé allait pousser le genre dans une surenchère totale. Faisant basculer dans le profondément stupide ce qui était drôle dans American Pie. On se souvient sans peine de la navrante expérience qu’était sexy movie qui atteignait les abîmes du genre.

Autour du film du film de Paul et Chris Weitz sont né une quantité invraisemblable de spin-off, des Canadian pie, Mexican Pie, des American pie présente: ou encore des pseudos suite qui mettaient en scène le petit frère, puis le cousin de l’un des personnages emblématiques de la série, tant par sa lubricité que par sa connerie monumentale : Stiffler joué par Sean William Scott. Autant dire que non  seulement ces direct-to-dvd pour la plupart non seulement allaient crescendo dans l’absence de scénario mai se complaisaient quelquefois dans une mièvrerie qui tranchait beaucoup trop par rapport au film d’origine. Il est dur de refaire un succès, même en reprenant la même équipe.

C’est un peu ce que l’on se dit en voyant ce que l’on peut interpréter comme un chan du cygne ou un adieu aux armes de la franchise AP. Si on éprouve un certain plaisir à retrouver l’ensemble des héros du premier épisode dont certains sont mariés, d’autres toujours célibataires, d’autres enfermés dans des histoires sentimentalo-destructrices, on sent, en tous cas en ce qui nous concerne, que le coup de vieux que l’on ressent ne vient pas tant de l’âge que l’on a pris nous mais plutôt de l’âge qu’ont pris les héros dans le film, les scénaristes et les réalisateurs.

Certes, on sent par moment revenir la crétinerie sans nom qui avait fait l’immense succès du premier et que l’on rigole franchement à quelques situations bien trouvées et plutôt crado comme il faut. Certes les clins d’œil sont nombreux et l’avant après est un concept intéressant en soi mais alors que l’on s’attendait peut-être à une explosion de gags, un dernier bâton de dynamite dans les fesses de la bienséance américaine, le film reste profondément gentil, mignon face à des cadors comme The Hangover pour ce citer que lui qui a mis la barre très haut. Beaucoup trop haut pour que AP4 ne lui arrive à la cheville.

Ce film qui est autant un sourire en coin à une adolescence perdue qu’une très gentille critique sur le dur passage à la vie d’adulte de certains trentenaires ne restera pas dans les souvenirs. Il lui manque la virulence des propos, la force des bandes sons mâtinées de punk-rock ado (sum41, blink 182 etc.), les scène un peu cul qui avaient fait le sel du premier et les situations intelligemment amenées comme le célébrissime strip-tease de l’éjaculateur précoce Jason Biggs.

D’aucuns penseront que l’intelligence aura été de sortir justement de ce canevas de grossièreté pour dépeindre la vie des ces éternels ados un peu pathétiques, si tel était le cas, il aurait fallu le faire avec un peu plus de finesse car le American Pie qui était subversif à l’époque n’est finalement qu’assez bien pensant aujourd’hui/

BON ! Reste qu’il est tout de même assez sympa de retrouver toute la petite bande, certains on vieilli, d’autres moins. AP4 est un gentil divertissement sans grosses prétentions qui contrairement à beaucoup de films, ne se prend pas vraiment au sérieux et se regarde avec plaisir. Une fois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *